Assouvir sa passion pour le maquillage

Les beauty addicts, comme on les appelle avec tendresse, ces femmes, passionnées par le domaine de la beauté, de l'esthétisme, du maquillage, ont étendu leur toile sur celle du web. Quelque soit le réseau social, on les retrouve partout, partageant leurs découvertes, leurs produits coups de cœur ou encore proposant des tutoriels. Une passion qui suscite de nombreuses vocations, et peut finalement s'avérer fort chronophage !

Transformer sa passion en profession

Pour cela, il faudra s'inscrire dans une école spécialisée et suivre des cours professionnels de maquillage. Grâce à la large gamme d'offres proposée, chacun.e pourra effectuer son choix en fonction de ses besoins et de sa situation. Formation courte de deux jours ou formations longues pouvant aller jusqu'à treize mois, chacune propose un contenu bien spécifique. Les stages concernent uniquement les élèves de formations longues. Permettant une immersion dans le monde du travail, le stage rend possible la prise de décision éclairée : il ne s'agit plus seulement d'un rêve, ou des strass et des paillettes, ce secteur implique lui aussi une charge de travail, et les conséquences que celles-ci comportent (travail debout, nombre d'heures passées avec la même personne pour les maquillages les plus exigeants, maîtrise de l'anglais…) A l'issue de leur formation, les étudiant.e.s manieront à la perfection leur pinceau et les associations de couleurs, et pourront intervenir aussi bien lors de grands défilés de mode que sur des plateaux télé ou pendant des mariages.

Une passion dévorante

Présenter les nouveautés des marques, inventer des maquillages originaux, travailler la fidélisation de sa communauté, …Autant d'activités qui, même réalisées avec plaisir, demandent du temps et un certain investissement de la part des beauty addicts, aussi bien en terme de temps que d'argent. Si certaines sont repérées par les marques et obtiennent une rémunération contre un article ou une vidéo pour parler d'un produit, la majorité des filles reste « inconnue ». En prenant en compte le temps de tournage d'une vidéo, son montage et l'upload sur le web et le partage sur les réseaux sociaux, ce sont facilement des heures qui sont consacrées à cette passion. Comme n'importe quelle passion, finalement.