Coach ou conseiller d’orientation : différences

De plus en plus de familles font appel à des organismes privés dans le domaine de l’orientation scolaire. Auparavant, seul le conseiller d’orientation psychologue existait. Il était implanté dans des établissements, dans des CIO et au  CIDJ. Cependant, ce professionnel, qui doit suivre plus de 500 jeunes par an, ne peut pas effectuer un accompagnement approfondi et personnalisé sur plusieurs séances. A partir de ce constat, s’est ouvert depuis une dizaine d’année le marché privé de l’orientation. Le coach et le conseiller d’orientation privé sont encore des professions assez méconnues et souvent indistinctes. Or, un coach ne travaille pas de la même manière qu’un conseiller.

Le questionnement plus approfondi en coaching

L’objectif du coach est de permettre au jeune d’avoir une réflexion personnelle tout le long de l’accompagnement pour qu’il détermine lui-même ses centres d’intérêts, ses forces et ses propres qualités. Ces étapes de réflexion prennent effet à travers le questionnement du coach. Pour commencer, ce professionnel va essentiellement poser des questions ouvertes pour permettre au jeune de mieux comprendre sa manière de fonctionner et pour qu’il prenne lui-même conscience de ce dont il a besoin pour se sentir épanoui.

Les tests de personnalité : un outil essentiellement utilisé en conseil et non en coaching

Le test de personnalité, ou d’orientation est utilisé avant tout par le conseiller d’orientation. Cet outil lui permet de faire ressortir les centres d’intérêts, le style d’apprentissage du jeune, ainsi que ses forces. Un conseiller d’orientation va beaucoup s’appuyer sur cet outil pour dresser ensuite le profil de l’adolescent. Cela met donc moins en avant la pure réflexion personnelle du jeune pour découvrir lui-même ce qui est bon et moins bon pour lui. Cet outil, bien utilisé peut être très appréciable. En revanche, mal utilisé, il n’aboutira à rien et ne permettra pas de tirer des conclusions perspicaces, d’autant plus que des statistiques ne remplaceront jamais l’échange humain que peut avoir un coach avec son élève.

Un approfondissement hors de l’orientation plus poussé en coaching

En phase de conseil en orientation, l’objectif est de répondre à la question « qu’est-ce que je peux faire plus tard ?». Le conseiller va donc se focaliser dessus et va passer moins de temps sur les questions qui englobent bien l’orientation : la motivation, la confiance en soi, l’univers familial, etc. Dans l’orientation, un déclic peut venir une fois une thématique traitée en lien avec la motivation, la confiance en soi ou autre. Par exemple, de nombreux jeunes sont intéressés par la médecine, et ne croient pas en leur réussite. Aussi se mettent-ils des barrières difficiles à franchir. Le coach, à travers son questionnement, prendra davantage cette question de confiance en soi en considération, en vue d’accompagner son élève. Ainsi, cela permettra à l’adolescent non seulement de dépasser cette barrière plus facilement mais également d’avancer plus vite par rapport à ses choix d’orientation.

De vraies connaissances sur les formations scolaires du conseiller et non pour le coach

Le conseiller est payé aux « résultats » et se doit de connaître les formations scolaires post-bac, les différentes écoles, leur renommée, etc. Il doit en proposer au jeune en fonction de son projet et son profil psychopédagogique. A l’inverse, le coach ne connait pas forcément l’ensemble du panel des formations post-bac car ce n’est pas son rôle. En effet, c’est au jeune de les trouver lui-même, même s’il pourra en parler avec le coach lors des divers entretiens que ce dernier lui aura accordé.

Un accompagnement qui met le jeune en action en coaching VS un accompagnement « tenu par la main et guidé » par le conseiller d’orientation.

A travers le coaching, le jeune se met bien plus en action, car le coach doit l’accompagner pour qu’il avance lui-même pas à pas, et selon ses propres objectifs. Par exemple, une fois les centres d’intérêts détectés par le jeune, c’est à lui-même de chercher les domaines professionnels et métiers en lien avec ses passions pour la future séance.
A contrario, le conseiller va préconiser des pistes au jeune en fonction des centres d’intérêts détectés lors des tests, ce qui lui permettra de faire son propre choix. Dans le coaching, c’est donc au jeune de se mettre en action et de trouver par lui-même ce qui est bon pour lui alors qu’un conseiller d’orientation va en quelque sorte un peu lui mâcher le travail en le mettant moins en action. Il en est de même pour les formations où le coach laisse le jeune trouver les formations par lui-même alors que le conseiller va plus l’aider et lui trouver les cursus, les formations et les écoles adaptées à ses objectifs scolaires et/ou professionnels.

Nombre de séances plus importantes en coaching qu’en conseil

Etant donné que c’est au jeune de se mettre lui-même en action, cela peut prendre plus de temps. Il est rare de voir un coaching en orientation en moins de 4 séances. A contrario, le travail effectué avec un conseiller d’orientation prend moins de temps vu qu’il est guidé et conseillé tout le long. Par exemple, il est rare de voir plus de 4 séances en conseil en orientation. En moyenne c’est 3 séances, (voire 2) selon les organismes proposant du conseil privé.

Des parcours professionnels similaires mais une spécialisation supplémentaire en coaching

De manière générale, ces professionnels proviennent soit du domaine des ressources humaines, soit de la psychologie, soit de l’éducation ou, en dernier lieu, ils étaient d’anciens grands managers d’entreprise. En règle générale, dans les deux cas, ils bénéficient d’un bagage important : un master en sciences de l’éducation, en RH, en psychologie ou ils proviennent d’une grande école. Néanmoins, un coach a également une réelle certification de coach pour pouvoir bien exercer son métier. Même si ce diplôme n’est pas une obligation, si vous rencontrez une personne qui se proclame coach sans avoir suivi une formation dans ce domaine, fuyez, c’est sûrement un « vendeur de rêve » qui en veut plus à votre argent qu’au bien-être de votre enfant.
En définitive, de nombreuses différences existent entre ces deux métiers. Malheureusement, ces distinctions ne sont pas assez connues des jeunes et des familles. Pour aller plus loin, certains conseillers se proclament coach alors qu’ils n’ont absolument pas connaissance du métier et des responsabilités que cela engendre. Le choix doit donc se faire en toute conscience. Idéalement, il est mieux d’avoir un coach qui est aussi conseiller d’orientation à la fois comme cncorientation. Cela vous permet d’avoir plus de flexibilité et des réponses adaptées à vos besoins ou vos attentes. D’autant plus que cette double casquette permettra à la fois au jeune de se mettre lui-même en action, et de se faire conseiller sur les métiers/formations post-bac grâce à l’expertise du professionnel.