Comment choisir son mode de recouvrement ?

Pour sélectionner la procédure à adopter, il convient de tenir compte de l’importance de la somme. Pour une créance très élevée, il est plus judicieux d’obtenir l’aide d’un huissier, et donc de procéder à une mesure conservatoire.Recouvrement de créances : comment faire ?

Toute entreprise se doit de recouvrer ses créances pour disposer d’une trésorerie à jour. Voici comment procéder pour le recouvrement des arriérés de ses clients.

Envoi d’une lettre de relance

L’envoi d’un courrier de relance auprès d’un mauvais payeur s’effectue après la fin du délai de paiement. Cette lettre permet de rappeler au client le règlement de sa créance en cours. Le courrier a généralement un caractère urgent, et en fonction du contenu, peut inciter le client à solder ses comptes.

Si suite à la première lettre, la société n’a aucun retour, elle peut toujours envoyer un second courrier par recommandé avec accusé de réception. Outre la voie postale, la relance d’une créance peut s’effectuer via le téléphone ou par e-mail. Dans tous les cas, il est possible d'avoir recours à une société spécialisée comme Agrege par exemple.

Recourir à une mesure conservatoire

Il est parfois difficile de convaincre les mauvais payeurs de régulariser leurs dettes. Dans ce cas de figure, on peut recourir à une méthode plus efficace : la mesure conservatoire. Cette dernière requiert l’aide d’un huissier. Elle permet aux créanciers de mettre la pression auprès des débiteurs via un juriste. Ce dernier dispose d’un document du tribunal obligeant les mauvais payeurs à régler leurs dettes

L’efficacité de cette injonction judiciaire repose sur un élément : celui de pouvoir réaliser une saisie conservatoire des biens et des comptes bancaires du client non-payeur (si jamais il y a un défaut de paiement avéré). Le créancier a donc de grandes chances de récupérer son argent. 

Demander un titre exécutoire

L’obtention de ce document permet d’éviter la caducité de la mesure conservatoire. Il ne faut pas négliger cet acte prouvant l’existence d’une créance (comme lors d'un crédit non remboursé). Ce titre peut d’ailleurs être utilisé plus tard comme preuve en cas de poursuites. 

Enfin, il est bon de savoir qu’un débiteur a aussi le droit de contester le recouvrement de ses créances. Cette contestation doit toutefois se faire dans un délai de 30 jours suivants la réception de l’injonction de payer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *