La cigarette électronique pour arrêter de fumer

À Guise comme ailleurs, le profil du fumeur a bien évolué depuis les années 70 certes, mais malheureusement la cigarette fait toujours un tabac. Et malgré les nombreuses interdictions successives de fumer dans les lieux publics notamment, la jeunesse reste toujours très concernée par le tabagisme. Et pour cause, le premier mégot de cigarette est écrasé vers l’âge de 14 ans et demi en moyenne, et ce, malgré le fait que la vente est interdite aux mineurs ! 

La e-cigarette pour arrêter de fumer

La cigarette électronique est l’allié idéal du fumeur. Constituée d’une batterie rechargeable, d’un réservoir contenant le liquide, le choix d’un modèle parmi tous ceux existants se fait en fonction de l’autonomie souhaitée, mais aussi de la facilité de prise en main. Concernant le choix porté sur le liquide, tout est question de goût. Dans tous les cas, il existe principalement cinq familles de e-liquides : les fruitées, les mentholées, les gourmandes, les boissons ou bien les classiques ayant la saveur du tabac. 

Pour que le sevrage soit progressif, mieux vaut moduler la concentration de nicotine contenue dans le liquide en fonction de ses habitudes de consommation de cigarettes basiques et de la réduire petit à petit. Que l’on soit un gros, un fumeur modéré ou occasionnel, les dosages allant de 16/18 mg/ml à 0 mg/ml en passant par 10-12, 6 ou 3 le permettent alors. 

Les bienfaits de l’arrêt du tabac

Dans tous les cas, les risques encourus par les fumeurs sont nombreux – un cancer sur trois serait dû au tabagisme – l’e-cigarette apparaît donc comme l’aide à l’arrêt du tabac. Il faut quelques semaines pour que la dépendance physique disparaisse alors et, quelques mois pour que la dépendance psychologique le soit aussi. Malgré les difficultés rencontrées, l’arrêt du tabac est un réel bonheur. 

En effet, les bénéfices procurés sont nombreux et réservent selon les cas de belles surprises. Ils sont d’ailleurs quasi instantanés, car seulement vingt minutes après l’arrêt, la pression sanguine et les pulsations cardiaques redeviennent normales. Il ne faut qu’une seule journée après la dernière cigarette pour que le risque d’infarctus du myocarde diminue et que les poumons commencent à éliminer les résidus. Deux jours après, les sens comme le goût et l’odorat s’améliorent déjà. Au bout de deux semaines, l’organisme retrouve sa vitalité notamment. Au bout de dix ans, l’espérance de vie redevient celle d’une personne n’ayant jamais touché à une cigarette. 

Arrêter de fumer c’est préserver sa santé, mais aussi celle de son entourage. C’est également bénéficier d’un intérieur plus sain, moins pollué et faire de sacrées économies financières.