Pourquoi s’équiper d’un défibrillateur ?

Chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément des suites d’un arrêt cardiaque. Mais voilà, malgré ce lourd constat, force est de constater aussi que l’arrêt cardiaque n’est pas forcément fatal. En effet, le cœur peut « repartir » avec une prise en charge immédiate. C’est le cas notamment si cet arrêt se fait en présence d’un témoin et que ce dernier prodigue les gestes de premiers secours et joint en parallèle les secours en composant le 15. En marge, il convient également d’utiliser un défibrillateur pour augmenter les chances de survie. Et parce que nous sommes tous concernés, la loi à imposer le fait de s’équiper d’un défibrillateur. Gros plan sur l’outil qui peut sauver des vies et sur les établissements concernés par cette obligation. 

Gros plan sur le défibrillateur

Présentation générale du défibrillateur

L’usage d’un défibrillateur permet de délivrer de manière brève et volontaire un courant électrique dans le cœur. Ce choc électrique est également appelé défibrillation. Il permet alors de rétablir un rythme cardiaque normal si le cœur présente des signes de troubles, d’arrêt en l’occurrence. D’une manière générale, le défibrillateur fonctionne sur batteries pour qu’il soit mobile et utilisable aisément en toutes circonstances. Il est alors constitué d’un bloc électrique qui permet de délivrer un courant électrique (calibré en durée, en forme et en intensité) et d’un moyen de transmission de l’influx électrique par le biais de deux électrodes larges et plates. Pour plus d’informations sur les défibrillateurs existants, cliquer ici. En effet, il existe deux types de défibrillateurs : les défibrillateurs semi-automatiques et les défibrillateurs entièrement automatiques. 

Utilisation d’un défibrillateur

Pour le faire fonctionner, il suffit de le mettre en marche et de suivre les instructions pour poser les électrodes sur la victime. Pendant que l’appareil effectue les analyses, le témoin peut alors appeler les secours. Il est à noter que l’usage d’un défibrillateur permet de porter les premiers soins en attendant l’arrivée des secours afin d’augmenter les chances de survie de la victime. Ensuite, la démarche est simple « appeler, masser, défibrer » en suivant toujours les indications transmises par le guidage vocal. Dans le cas des défibrillateurs semi-automatiques (DSA), ces derniers analysent l’activité électrique du cœur de la victime et conseillent la défibrillation ou non, dépendamment de la situation. Les défibrillateurs entièrement automatiques (DEA) analysent le tracé cardiaque et délivrent le choc électrique au besoin en calculant de manière autonome l’énergie à délivrer.

Usages d’un défibrillateur

Le recours à un défibrillateur se fait en cas d’arrêt cardiaque, d’un mouvement anarchique du muscle cardiaque. Dans ce cas, la victime s’effondre et perd très rapidement connaissance, sans qu’aucun signe avant-coureur parfois. Et parce que chaque minute qui passe, la victime perd 10 % de chance de survie, mieux vaut réagir le plus vite possible, sans attendre.

Gros plan sur l’obligation de s’équiper

Depuis le décret du 4 mai 2007, toute personne témoin d’un arrêt cardiaque est autorisée à utiliser un défibrillateur sans encourir la moindre responsabilité en cas d’échec. Et pour cause, simple d’utilisation, une simple démonstration suffit pour s’en servir. D’ailleurs, la Croix-Rouge propose des sessions d’information sur la manipulation d’un défibrillateur et forme aussi aux gestes qui sauvent. En parallèle, la loi du 28 juin 2018 impose aux établissements recevant du public de s’équiper d’un défibrillateur. Ses décrets d’application viennent préciser quels sont les ERP concernés par cette obligation. D’une manière générale, les établissements recevant plus de 300 personnes sont obligés de s’équiper au 1er janvier 2020. À compter du 1er janvier 2021, cela concernera aussi les établissements recevant moins de 300 personnes. Bref, qu’il s’agisse d’un établissement de soin, d’une gare, d’un hôtel, d’un restaurant d’altitude, d’un refuge de montagne, d’un équipement sportif, d’une structure d’accueil pour personnes âgées ou pour personnes présentant un handicap notamment, l’équipement est juste obligatoire.